Montag, 24. Oktober 2016

Em bé Éthiopien

Tối qua
Trên ti vi màu rực rỡ
Tôi thấy em trán rịn mồ hôi
Mắt lờ đờ
Bám từng hơi thở
Quơ sức tàn nhúc nhích bộ xương khô
Cạnh em
Đứa em của em mới chết chưa kịp xuống mồ
Lệ em khóc trông như đông lại…

Tôi không lầm quả em còn bé dại
Lên tám?  Lên mười, mười một, mười hai?
Là sinh vật thoi thóp sau cùng
Của gia đình em
Giữa đồng bào như em, chờ chết…
Đói.  Đói!  vì đói
Ôi, đói lê đói lết
Đói hết cựa quậy tay chân
Đói mờ con mắt
Đói quắt thân hình
Da nhăn nheo em teo còn bằng con mắm


                         ***

Em có biết không?
Nơi đây hàng chục triệu con người
Vài chục triệu con mắt
Nhìn trân trối chiếc thân hình khẳng khiu hiu hắt
Với từng đốt xương muốn xé toạt cùi da…

Em ôi, nhân loại rất đổi xót xa
Nhưng đành… bất lực
Bởi vì
Em là em bé Éthiopie
Và bọn qua đâu còn biết làm gì
Khi em sinh nhằm «thiên đường Cộng sản»
Khi đất nước em bị lũ sài lang ngự trị
Với vũ khí tận răng
Và âm mưu ác quỷ
Thay cho lúa mì áo ấm cơm no
Em phải chết cho tập đoàn chúng sống…
Bởi vì, sau lưng em
Trên đồng ruộng trống mênh mông
Qua thoáng thấy lũ tự xưng «đỉnh cao trí tuệ»
Thân xác kềnh càng súng gươm ngạo nghễ
Đang dành khẩu phần từ đoàn Cứu-trợ Tự-do…


                         ***

Tội nghiệp em bé Éthiopie
Thôi…  Chào em vĩnh biệt!
Có thấy không em
Bọn qua đâu còn biết làm gì


Phải chi
Em ráng sống thêm vài ba năm nữa
Trán ngang đầu súng
Máu xương kia đốt lửa diệt thù
Thay ôm hận nầy em ngủ giấc ngủ thiên thu…


(Bruxelles, nov. 1984)

Le petit Éthiopien

Traduit du poème « Em bé Éthiopien »
(H.T.T.N) Võ Đức Trung
Hier soir,
Sur la télévision multicolore,
Je te voyais, le front imprégné de sueur,
Les yeux épuisés dégageant une lancinante lueur.
Tu t’accrochais à chaque souffle malaisé
Et semblais récupérer la force restante
Pour pouvoir bouger ton corps déjà déshydraté.
Tout près de toi,
Quel désarroi!
Ton frère venait de succomber.
On n’avait pas le temps de l’enterrer.
Et les larmes de malheur paraissaient solidifiées.

C’est vrai:
Je n’ai pas tort.
Jeune bambin!
Tu commences ta vie dans son aurore.
Huit, dix?  Onze ou douze ans?
Tu es le dernier survivant
De toute ta famille dans ces heures agonisantes
Au milieu de tes compatriotes en train de souffrir
En attendant, comme toi, de mourir…
De faim.





Oh la faim!
Faim extrême au delà des limites humaines!
Faim qui te faisait tituber,
Faim qui t’empêche de remuer tes pieds et bras tremblants.
Faim qui troublait tes yeux profonds et larmoyants
Faim qui courbait ton corps sans force, ni envie
Ta peau ridée laissait entrevoir d’impressionnantes stries.
Tu étais complètement déformé,
Maigre comme un poisson salé.

Pauvre petit Éthiopien!                                                                     
Tu sais bien?!


Ici, des millions de gens,
Quelques centaines de millions de regards compatissants
Ne quittaient pas ta nudité décharnée
Cette chaîne pesante d’os
Dont chacun semblait bientôt percer ta peau.
L’humanité toute entière était sensible à tes souffrances
Mais… se sentait impuissante.


Pourquoi?
Sais-tu pourquoi?
Parce que tu es le petit Éthiopien!
Parce que tu es né, par malchance, dans le « paradis
prolétarien »,
Cet «enfer communiste» extrêmement austère!
Nous ne pourrions rien faire,
Quand ton pays est dominé par les bourreaux sanguinaires
Avec leurs armes d’attaque,
Et leurs complots démoniaques
À la place du pain quotidien,


Des habits chauds en laine,
Et du bol de riz bien plein.
Tu dois mourir ainsi
Pour permettre à cette oligarchie criminelle de poursuivre la vie.Parce que derrière toi,
À travers tes sanglots et ton désarroi,
J’aperçois dans l’immensité des champs,
Une bande de prédateurs figés dans leurs « haut niveau d’intelligence»,
Ce gang de méchants bouffis fièrement armés
En train d’exploiter les contingents de sauvetage du monde libre.

Pitié!
Pitié pour ce petit Éthiopien malheureux!
C’est fini…  Je te salue…  Adieu!
Tu vois?
Nous ne pourrons rien faire pour neutraliser tes déboires!
C’est dommage!
À ton âge,
Tu aurais pu vivre quelques années encore.
Ton front serait à la hauteur du fusil,
Ton corps aurait été sacrifié,
Ton sang, versé
Pour enflammer la revanche de ton pays
Contre tes ennemis fanatiques et charnels
Au lieu d’emporter cette rancune dans ton sommeil éternel!


Báo đăng:
                   - Vì nước
                   - Sóng Việt 9
                   - ĐS cựu Quân nhân VNCH 12.1.86. v.v.
                   - Hội thơ tị nạn

Keine Kommentare:

Kommentar posten